Aqua Belgica logo

question + reponse (FAQ)

  1. A partir de quand et jusqu'où dois-je adoucir mon eau?
  2. Le sodium présent dans l'eau adoucie affecte-t-il la santé?
  3. L'adoucissement, est-ce bien légal?
  4. Que devient le sel qui a servi à la régénération?
  5. Mais ce sel rejeté ne pollue-t-i1 pas l'environnement?
  6. Moins de calcium dans l'eau, c'est entendu. Mais n'y a-t-i1 pas un risque de carence pour l'organisme?
  7. L'eau adoucie est-elle néfaste pour le coeur?
  8. N'importe quelle qualité de sel, convient-elle pour la régénération des adoucisseurs?
  9. Les résines d'adoucisseurs présentent-elles des dangers pour la santé?
  10. L'eau adoucie est-elle corrosive?
  11. Un adoucisseur favorise-t-il la prolifération des bactéries?
  12. Vous n'avez pas mentionné les appareils "à effet physique" ou anti-tartre... De quoi s'agit-il?
  13. Existe-t-il des raisons objectives de douter de l'efficacité de ces appareils "à effet physique"?
  14. L'ajout de phosphates et silicates n'est - il pas nocif pour la santé et polluant pour l'environnement?
  15. L'eau de distribution est potable, vous le reconnaissez avec objectivité. Mais alors, n'est-il pas superflu de la conditionner?
  16. Quand faut-il filtrer l'eau de distribution?
  17. Que contient exactement une eau osmosée? Comment en apprécier la qualité?

 

1. A partir de quand et jusqu'où dois-je adoucir mon eau?
L'eau adoucie à zéro degré français est l'objectif idéal qui garantit la suppression totale de l'entartrage, un maximum d'économies et un confort accru. Ce niveau doit être atteint chaque fois que cela est possible. Pour se prémunir contre la corrosion en aval de l'adoucisseur, il faudra toutefois dans certaines circonstances garder dans l'eau adoucie un minimum de dureté. Voir la question n°10.


2. Le sodium présent dans l'eau adoucie affecte-t-il la santé?
Rappelons que la nouvelle directive ne considère plus le paramètre sodium comme signifiant du point de vue de la santé. La limite existante de 150 mg/l a été supprimée. Le sodium n'est plus considéré que comme un paramètre indicateur de qualité. Toutefois, la rigueur scientifique nous impose de déconseiller l'eau adoucie dans deux cas au moins :· les régimes sans sel; · la confection des biberons. Pas plus, d'ailleurs, qu'on n'aura recours à l'eau de distribution dont la teneur en sodium n'est pas à négliger. On préférera dès lors : · l'eau en bouteille à faible teneur en sodium, ou · l'eau conditionnée par osmose inverse (voir la question n° 17).

3. L'adoucissement, est-ce bien légal?
Le particulier est libre d'installer chez lui tout type de conditionnement d'eau et de modifier la qualité de l'eau qu'il a payée de sa poche, tout en gardant sa composition dans les limites fixées par le législateur. La nouvelle directive introduit d'ailleurs la notion de la responsabilité de l'utilisateur privé sur son réseau de distribution interne. Une réserve toutefois : il faut parer à tout retour accidentel de l'eau dans la conduite de distribution. Des dispositifs anti-retour y pourvoient.

4. Que devient le sel qui a servi à la régénération?
Lors de la régénération, la saumure échange une partie des ions sodium qu'elle contient contre les ions calcium et magnésium fixés sur les résines. Ensuite? La saumure file à 1'égout, emportant les ions de calcium et de magnésium ainsi que les ions excédentaires de sodium.

5. Mais ce sel rejeté ne pollue-t-i1 pas l'environnement?
Le sel, ou chlorure de sodium est 1'é1ément moteur de l'adoucissement, c'est vrai. Mais on peut démontrer que, du fait des facteurs de dilution existant dans les effluents, la charge polluante engendrée par l'adoucisseur reste négligeable. Tout bien pesé, l'adoucisseur est plutôt une bénédiction pour l'environnement ! Pourquoi?
  • moins d'énergie est utilisée pour produire de l'eau chaude;
  • on économise jusqu'à 50 % des doses de détergents divers indiquées par les fabricants;
  • on fait des économies sur les produits d'entretien.

On notera également que les progrès de la technologie ont permis de réduire de façon très significative la consommation en sel des adoucisseurs modernes.


6. Moins de calcium dans l'eau, c'est entendu. Mais n'y a-t-i1 pas un risque de carence pour l'organisme?
Ni l'Organisation Mondiale de la Santé, ni la Communauté européenne ne prévoient des minima ou des maxima pour la dureté de l'eau de consommation. On notera d'ailleurs qu'une alimentation équilibrée fournit plus de calcium qu'il n'en faut. Et dans le cas qui nous occupe, le calcium de l'eau se présente sous une forme purement minérale : tel quel, il n'est que difficilement assimilable et n'affecte en rien la santé humaine.

7. L'eau adoucie est-elle néfaste pour le coeur?
La réponse à la question précédente peut être complétée : toutes les études épidémiologiques récentes concluent à l'absence de corrélation entre la fréquence des maladies cardio-vasculaires et le degré de dureté de l'eau. Le Professeur J. Cottet conclura pour nous : "Il faut mettre fin à cette longue légende qui a très certainement freiné le développement de l'implantation, pourtant si nécessaire dans nombre de régions, d'appareils de traitement de l'eau, dont l'utilité est, par ailleurs, reconnue par nombre de techniciens".

8. N'importe quelle qualité de sel, convient-elle pour la régénération des adoucisseurs?
Non. Seuls les "sels spéciaux pour adoucisseurs" doivent être utilisés. Ils sont en effet de qualité alimentaire et produisent, sans résidu, une saumure de très haute pureté.

9. Les résines d'adoucisseurs présentent-elles des dangers pour la santé?
Les sociétés membres d'Aqua Belgica ne fournissent que des résines neuves et conformes aux normes édictées dans plusieurs pays de la Communauté européenne. Le consommateur ne court donc aucun risque s'il fait appel à leurs services.

10. L'eau adoucie est-elle corrosive?
Pas plus après adoucissement qu'avant... L'adoucissement ne modifie pas l'acidité d'une eau. La présence d'un résiduel de dureté dans l'eau favorise toutefois l'apparition d'une couche de tartre. Pour certains matériaux et lorsque certaines conditions sont rencontrées, cette couche peut constituer une protection contre la corrosion. Des spécialistes, tels que les membres d'Aqua Belgica, détermineront utilement le niveau de dureté résiduelle à maintenir dans l'eau adoucie ou les traitements complémentaires éventuels.

11. Un adoucisseur favorise-t-il la prolifération des bactéries?
Non, pas particulièrement. Cependant, toute eau qui séjourne sans circuler dans une enceinte fermée (boiler, tuyauterie,...) se charge de bactéries. Dans un adoucisseur, des régénérations fréquentes contrent une telle prolifération : · par le lavage à contre-courant des résines; · par l'action bactéricide de la saumure. Pour cette raison, on préférera un petit adoucisseur régénérant souvent à un gros aux régénérations plus espacées.

12. Vous n'avez pas mentionné les appareils "à effet physique" ou anti-tartre... De quoi s'agit-il?
Les adoucisseurs éliminent le calcaire de l'eau à l'aide de résines échangeuses d'ions et les doseurs à polyphosphates en neutralisent les effets. Quant aux appareils "à effet physique", ils sont supposés favoriser la précipitation du calcaire au sein même de l'eau sur des germes préexistants ou créés par l'appareil lui-même. Cet effet peut être obtenu en mettant en oeuvre des champs magnétiques ou électriques.

13. Existe-t-il des raisons objectives de douter de l'efficacité de ces appareils "à effet physique"?
Un récent communiqué d'Aqua Europa, la Fédération européenne des conditionneurs d'eau, répond à cette question. Le résumé qui suit aidera le lecteur à conclure de lui-même : "Aqua Europa a récemment entrepris une étude faisant l'évaluation de toutes les informations scientifiques et commerciales actuellement disponibles sur ce type d'appareil. Il ressort de celle-ci que les résultats des tests publiés appellent une interprétation particulièrement critique. S'il est maintenant acquis, que ces appareils produisent un certain effet, dans des conditions de laboratoire soigneusement contrôlées, ils ne procurent dans l'environnement domestique que des résultats "imprévisibles et de faible portée pratique"... Ils ne fonctionnent, en effet, qu'à des températures et densités de transfert calorifique relativement bas et sensiblement inférieures, en tout cas, à celles des appareils de chauffage domestique. Par ailleurs, leur action n'est obtenue que dans des limites de débit bien définies. La composition de l'eau, enfin, joue elle aussi un rôle important : la moindre variation de celle-ci peut altérer de façon considérable l'efficacité des appareils.

14. L'ajout de phosphates et silicates n'est - il pas nocif pour la santé et polluant pour l'environnement?
Aucune toxicité n'est à redouter : les produits ajoutés dans l'eau par le conditionneur professionnel sont toujours de qualité alimentaire. La nouvelle directive ne considère pas les paramètres phosphates et silicates comme signifiants pour la santé humaine. Leur effet sur l'environnement est quasi nul : les produits ajoutés pour combattre efficacement la corrosion le sont en quantités minimes - quelques milligrammes tout au plus - que l'on comparera aux plusieurs centaines de milligrammes de sels dissous des eaux de distribution.

15. L'eau de distribution est potable, vous le reconnaissez avec objectivité. Mais alors, n'est-il pas superflu de la conditionner?
Le conditionnement ne vise pas, en effet, que des modifications à buts techniques. On peut également modifier certains paramètres de l'eau de distribution. I1 ne s'agit pas d'un luxe inutile, car, ce faisant, on rencontre des préoccupations légitimes du consommateur. Une modification de quelques dizaines de milligrammes de sels dissous dans l'eau en modifie la saveur ! C'est ce qui explique la multiplicité des eaux en bouteille et la fidélisation de leur clientèle. La saveur de l'eau n'est pas un facteur anodin pour des palais entraînés ! Mais d'autres raisons, encore plus déterminantes, existent : en diminuant, par exemple, la concentration en nitrates d'une eau de distribution, on produit une eau conforme aux exigences relatives aux femmes enceintes et aux nourrissons.

16.Quand faut-il filtrer l'eau de distribution?
L'eau distribuée conforme aux normes légales de consommation ne véhiculera jamais, en principe, des matières susceptibles de se déposer dans les tuyauteries et de causer des corrosions ou des blocages. Mais un incident n'est jamais à exclure : par exemple, à la suite d'une intervention sur une conduite-mère dans la rue; un incident - même si la probabilité est faible - qui coûtera cher. Aqua Belgica recommande d'installer systématiquement un filtre à l'entrée de l'installation, immédiatement après le compteur.

17. Que contient exactement une eau osmosée? Comment en apprécier la qualité?
Rappelons que l'osmose inverse ne laisse dans l'eau conditionnée qu'un faible pourcentage des sels d'origine. Ce pourcentage varie d'un seul à l'autre et est donné par le taux de passage correspondant (voir définition page 13). Toute autre chose étant égale, la qualité d'une eau osmosée dépend donc de celle de l'eau d'alimentation et des taux de passage correspondant aux différents sels. Le tableau ci-dessous donne un exemple de qualité d'une eau osmosée.

Sels dissous
Eau d'alimentation (mg/l)
Taux de passage (%)
Eau osmosée (mg/l)
Teneur totale
500
10
50
Natrium
20
15
3
Calcium
40
5
2
Nitrates
40
50
20
Sulfates
60
5
3

Aqua Belgica • Quai de Willebroeck 37 • B-1000 Bruxelles • Tél. 0800 946 50 • info@aquabelgica.be